Pourquoi courir ?

Cette semaine, un étudiant en journalisme s’est entretenu avec moi, car il écrit un article sur l’engouement pour la course en sentier au Québec.

 Il y a un bon moment que je pensais à écrire un article sur les « raisons » de ma passion pour la course en sentier. J’ai donc écrit cet article, il y a quelques jours, un peu avant mon entretien avec lui.

Je ne sais pas pour vous, mais quand je regarde la vidéo intitulée « The crawl », je trouve ça beau et inspirant.

J’ai conscience que c’est difficile à comprendre pour plusieurs, mais moi, j’adore voir ce genre de performance où les gens poussent leur corps au bout de leur limite.

Ma passion pour la course en sentier n’est pas née de ces visionnements, mais ils la nourrissent très certainement, tout autant que mes lectures à propos d’ultra-marathonien comme le livre « Run! : 26.2 Stories of Blisters and Bliss” de Dean Karnazes ou encore “Running through the wall: Personal Encounters With the Ultramarathon” de Don Allison et Neal Jamison.

St-Donat

J’ai la chance et le privilège d’avoir une vie très confortable et pour la plupart du temps sans encombre. N’allez surtout pas croire que je ne l’apprécie pas, j’ai conscience de ma chance. Beaucoup de choses dans ma vie on plus d’importance que mes activités de course, en premier lieu, les gens que j’aime et qui m’aime passent avant tout, mon chum, ma famille, mes amis et mon travail, tout cela a plus d’importance à mes yeux et passent avant ma passion pour la course. Cependant, je suis quelqu’un qui a de la difficulté à vivre une vie faite de routine. J’ai un grand besoin de passion. Quand je cours dans un sentier, je me sens vivante et je vis un réel plaisir. Un sentiment de liberté que je ne retrouve nulle part ailleurs.

IMG_2563
Plaisir partagé avec mon amoureux Lambert que l’on voit sur l’image.

Ma passion pour la course est clairement née de ce vif plaisir que je ressens lorsque je me retrouve à courir dans les sentiers.

De cette passion est aussi né un désir de dépassement. Ou plutôt j’ai toujours eu un désir de dépassement et la course est, je crois, le meilleur véhicule pour celui-ci.

St-Hilaire

Je peux sortir un matin et être déçu de ma course, je peux tenter de réaliser un objectif et manquer mon coups, puis un autre jour, réaliser un objectif que je croyais encore inatteignable ! Les surprises sont infinies.

IMG_2028

J’ai joué au tennis plusieurs années. J’ai plongé dans cette passion autant que je le fais en ce moment dans la course. J’aimais le tennis pour plusieurs raisons, mais la raison principale était l’aspect mental du jeu. J’ai lu plusieurs livres sur l’entraînement mental pour améliorer mes performances en compétition. Puis un jour j’ai atteint mon plafond, je suis allé pas mal au bout de mon potentiel d’amélioration pas tant au niveau mental, mais physique du jeu. À partir de ce moment-là, j’ai commencé à perdre mon intérêt pour ce jeu.

La course a donc pris cette place laissée par le tennis.

Voici, d’autres raisons en vrac, mis à part, le désir de rester mince et en santé.

  • J’ai le désir d’accomplir quelque chose de spécial.
  • J’ai besoin d’être en contact avec la nature.
  • J’aime appartenir à un groupe (d’où mon appartenance au Club de Trail de Montréal).
  • J’ai un travail sédentaire et je ressens le besoin de bouger.
  • Je suis curieuse de connaître mes capacités d’endurance et de vitesse.

 

Bromont Ultra

Je vous laisse sur ce passage, de Greg Loomis un des coureurs cités dans le livre « Running through the wall » que j’ai mentionné plus haut. Je pense qu’il dit encore bien mieux que moi ce que j’ai tenté d’exprimer dans cet article ainsi que les raisons qui m’ont poussée à m’inscrire à une course de 50KM en sentier pour mai 2015.

“Ultra races are not like shorter-distance races. They are not me against the competition. Ultras are more of a competition between me, myself, the course, and the distance. Ultrarunning pits my mind against my body. It is about being outdoors where few dare venture. Ultras are a test of what the magnificent human body can do and what the mind will allow. I can think of no other way to truly feel alive. Running is not just what I do, It is who I am. For me, sleep-eat-work-TV-then repeat is not enough. I need to see things. I need to see a squirrel scramble in the snow, then jump up onto a branch and run full tilt with no fear of falling. I need to hear a deer snort out of a warning that I am perhaps not where he thinks I should be. I need to feel the wind, the breath of Mother Earth herself, tickle my ears and cause the tree to sway and dance around me. I run to be fit and healthy, to be fast and strong, and to accomplish feats that seem unobtainable to many. I enjoy the discovery of which I am actually capable: of how far I can push myself. It is why I live.

Greg Loomis, Running through the wall: Personal Encounters With Ultramarathon, page 167

IMG_2079

IMG_2522

Finalement, pas plus compliqué que ça, peut-être que je cours parce que je suis tout simplement « accro » aux endorphines 😉

Publicités

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Merci pour le très beau billet Julie. Tu ne pouvais mieux résumer pourquoi on court en sentiers.

    1. Merci Frédéric, on est tous de la même espèce les coureurs de trail… J’imagine que l’on court pas mal tous pour les même raisons.

  2. Running-Addict dit :

    Les raisons sont multiples mais on sent bien la sincérité du propos! Une fois qu’on est addict à la course… Difficile de s’en passer! 🙂
    Et le dépassement de soi… J’adore ça aussi!!

    PS : Habites-tu au Mont Saint-Hilaire? Si oui c’est un peu le paradis du trailer! 😀

    1. C’est vrai, ça m’a pris du temps à devenir “addict”, mais maintenant que je le suis, il faut que je fasse attention de ne pas embêter tout le monde en ne parlant que de cela LOL. J’habites pas très loin du Mont Saint-Hilaire mais plus près de St-Bruno. Je dois dire que je préfère St-Bruno à cause des sentiers des lacs et aussi, c’est plus roulant car moins à pic. Saint-Hilaire est très beau mais la première fois que j’ai monté au sommet Dieppe sans vraiment m’arrêter de courir, ouf que j’ai trouvé ça dur !

      Je vois sur ton blogue que tu ne viens pas du Québec et que tu t’exportes par chez nous alors je te souhaite la Bienvenue, au plaisir de te rencontrer en personne.

      1. Running-Addict dit :

        Oui je m’exportes! En tant que débutant en trail depuis un an j’ai envie de courir sur tosu les terrains sympas de la région donc au plaisir de se rencontrer en personne!

      2. Au plaisir de se rencontrer sur les sentiers du Québec alors !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s