Moi excessive ?

Cette semaine, quelqu’un m’a dit que j’étais excessive, parce que je sors courir huit kilomètres 5 à 6 jours par semaine.

Plus je cours, plus je constate que des gens trouvent mes activités de course marginales.

Mettons qu’une personne sort marcher 45 minutes matin et soir 5 à 6 jours par semaine, est-ce que l’on dirait de cette personne qu’elle est excessive ? Heureusement, probablement pas. Toutefois, je parcours la même distance sauf que je le fais à la course en une seule séance de 45 minutes. Selon moi, il n’y a rien là d’excessif. Il est vrai que quand on est inactif, ça peut sembler beaucoup, mais quand on le fait quotidiennement, ça devient plutôt normal.

C’est triste que ceci sorte de l’ordinaire. Pour ma part, je trouve tout à fait normal de courir une telle distance fréquemment, ce que je trouve anormal est que plus de 50 % des adultes n’atteignent pas le niveau d’activité physique recommandé de 30 minutes par jour et je ne parle pas des enfants et adolescents (source). Plusieurs de ces personnes montent dans leur voiture le matin pour aller au bureau puis elles reviennent le soir et entrent dans leur maison pour passer la soirée assis tout comme elles ont passé la journée assis. Pour ma part, ce que je trouve triste est que ceci soit “la norme” et que ce ne soit pas cela qui soit considéré “anormal”.

Il semble que l’on a oublié que l’humain est fait pour courir et qu’il n’y a rien de bien extraordinaire à parcourir 8 à 10KM à la course. Ça l’est si on est inactif, mais une fois qu’on y est habitué, ça n’a rien d’exceptionnel. Je ne dis pas que c’est facile, ça demande de la persévérance et une bonne dose de motivation, car il est bien plus facile de rester inactif. Quoique quand on est habitué de bouger, rester inactif peut vite devenir une vraie torture.

En parlant d’excessif, Dean Karnazes lui en est un personnage hors normes ! J’ai adoré lire deux de ses livres “Run!: 26.2 Stories of Blisters and Bliss” et “Ultramarathon Man: Confessions of an All-Night Runner”.

J’aime les gens extrêmes qui relèvent des défis extrêmes, c’est ça mon petit côté excessif 😉 j’aime les gens hors normes. D’ailleurs, petite parenthèse, j’adore le nouvel album de Jean Leloup « À Paradis City », puis il nous sort ça à point, en plein hiver froid, ça met du soleil dans nos vies. Jean Leloup, un autre personnage hors norme, c’était tout à fait rafraîchissant de l’entendre en entrevue à “Tout le monde en parle” dimanche dernier. J’ai aussi adoré l’entrevue avec la photographe et écrivaine Sophie Calle, quelle femme, quelle vie hors norme ! Pour les curieux – http://en.wikipedia.org/wiki/Sophie_Calle.

Revenons à nos moutons, à propos des livres de Dean Karnazes, comme je me suis procuré dernièrement une liseuse de livre électronique, je peux facilement annoter les passages préférés de mes lectures. C’est fantastique une liseuse, on peut surligner des passages, chercher des mots dans le dictionnaire, prendre des notes. C’est amusant, on obtient de surcroît nos statistiques de lectures et moi qui raffole de statistiques !

Voici donc quelques passages du livre de Dean Karnazes “Ultramarathon Man: Confessions of an All-Night Runner” que j’ai beaucoup aimés.

“Every devout runner has an awakening. We know the place, the time, and the reason we accepted running into our life. After half a lifetime, I’d been reborn. Most runner are able to keep a rational perspective on the devotion and practice responsibly. I couldn’t and became a fanatic.”

“To call running fun would be a misuse of the word. Running can be “enjoyable”. Running can be “rejuvenating”. But in a pure sense of the word, running is not fun.”

“Modern man has virtually everything one could desire, but too often we’re still not fulfilled. “Things” don’t bring happiness. Some of my finest moments came while running down the open road, little more then a pair of shoes and shorts to my name. A runner doesn’t need much. Thoreau once said that a man’s riches are based on what he can do without. Perhaps in needing less, you’re actually getting more.”

Ce que j’ai aimé plus que tout cependant est écrit à la toute fin de son livre.

“For me it’s a sense of adventure that keeps me running. I love nothing more than to put a credit card in my pocket, tuck the kids for the night, and head out the door for an all-night-run. If I want a latte, I stop at Starbucks and grab one. If I see something interesting, I stop and check it out. I spot wildlife, watch the moon rise, feel temperatures cool and the air grow damp. I talk to people along the way. Some wave as they pass, others hook and gesticulate single digits as they wiz by. It’s all very exciting to me, like a journey on the wild side. It’s never tedious when I’m immersed in the adventure. Being fit is a natural outcome of doing what I love.”

Cela m’a fait réfléchir sur ma façon de voir et de vivre mes sorties quotidiennes. J’adore prendre des photos lors de mes sorties, mais j’avais tendance à faire tout ça très vite afin de ne pas nuire au calcul sur ma montre de mon “pace moyen”. Puis suite à la lecture de son livre, j’ai changé un peu mon attitude. Je profite plus de mes arrêts photo pour m’imprégner de l’atmosphère, en fait j’arrête de penser constamment à mon “pace”, même si j’avoue être très contente que Strava ignore les arrêts lors du calcul de mes statistiques de course.

Depuis que je cours de façon quasi quotidienne, ce que j’apprécie de plus en plus est de pouvoir simplement me déplacer à la course.

Je cite Joan Roch qui a mis sur sa page Facebook une petite phrase qui disait « Au départ, je pouvais tout juste faire le tour de chez moi. Graduellement, la ville tout entière m’est devenue accessible. » Ça illustre bien comment je commence à me sentir, j’ai le sentiment de pouvoir aller où je veux quand je veux. Je me découvre une envie de découvrir ma propre ville à la course. Souvent lorsque je cours j’ai cette sensation d’autonomie accompagnée d’un sentiment de fierté à me déplacer par mes propres moyens avec rien d’autre qu’une paire de souliers et un habillement approprié. J’attends des températures plus clémentes, mais j’ai envie de simplement me rendre quelques part à la course. Soit de façon planifiée en me rendant tout près d’un endroit en voiture pour pouvoir explorer à la course des parties plus loin de chez moi ou simplement en partant de chez moi à la course sur un “nowhere” par pur plaisir de courir. J’ai aussi envie de voyager pour découvrir d’autres villes de la même façon. J’aimerais aller à New York par exemple et simplement courir une quinzaine de kilomètres chaque jour pour découvrir différents quartiers. Quelqu’un m’a déjà dit que de courir un marathon est une excellente façon de découvrir une ville, ce doit l’être en effet.

Courir en hiver

Il me semble que ce serait le fun d’avoir des offres de voyages de courses. Un peu comme le Grand Tour à vélo, mais ce serait un Grand Tour à la course. Genre 15 à 20KM par jour pour visiter des endroits différents chaque jour. Avec le transport des bagages, comme les voyages à vélo. Je suis certaine qu’il y aurait un bon bassin de clientèle pour ça. Ce pourrait être en été, dans des endroits tout près de la Montérégie ou même plus loin (Boston, New York). Je sais que Horizon 5 offre une option voyage de course en trail en Corse, mais c’est en avril, donc pas possible pour moi.

En parlant de voyage de course, il existe une course en trois étapes nommée la Trans-Vallée qui a lieu sur plusieurs jours. Des sentiers balisés, 3 jours de course, un peu comme un voyage. Il y en a pour tout les goûts. Sauf que je n’arrive pas à m’inscrire à aucune course avant d’avoir fait le 50KM de Bear Mountain parce que j’ai vraiment le goût de m’inscrire à plein de longues distances, mais si ça ne va pas à Bear, j’aurai un paquet d’inscriptions à vendre 😉 Donc j’attends cette course avant de m’engager à d’autres. Sauf pour celle de St-Donat où je me suis déjà inscrite au 38KM. Pour XC La Vallée, la Trans Vallée m’intéresse, à suivre…

J’ai acquis encore un peu plus d’expérience à la pratique de la course en hiver.

Courir en hiver

À la dure malheureusement, car je me suis fait de sérieuses engelures au visage. Heureusement, c’est bien guéri et ça n’a pas laissé de trace, mais ce n’était pas beau à voir. Je crois que c’est parce que j’ai porté le fameux masque de ski alpin par une journée venteuse à -20 degrés Celsius. Il s’est formé une condensation causée par la sueur puis l’air froid y pénétrait, ce qui a causé les engelures. J’aurais été mieux de courir avec un cache-cou me recouvrant le visage au complet, mais c’est difficile pour la respiration.

En terminant, je suis allé courir à St-Bruno samedi dernier. J’ai été extrêmement surprise de la facilité avec laquelle j’ai parcouru un 15KM. Je me sentais encore de l’énergie pour très certainement parcourir un autre 15KM. Cela m’a grandement rassuré pour ma course de 50KM à venir. Je crois que mes sorties de 8KM 5 à 6 fois semaines sont vraiment très payantes. Je suis donc très contente de la progression acquise grâce à ces sorties. Ça me confirme que cette méthode est bonne pour moi.

À St-Bruno Courir en hiver Courir en hiver Courir de nuit Sunset Coucher de soleilCourir en hiver IMG_0021 Parc de la cité Parc de la cité

 

 

 

Publicités

24 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Marqui Ta Rio dit :

    Beau texte 🙂 J’en suis à mon premier hiver de course à l’extérieur et j’essai aussi l’optique d’entrainement de plusieurs « petites » courses de déplacement pour me faire une bonne base solide pour le printemps. (les textes de Joan Roch m’inspirent aussi à penser que c’est un entrainement qui peux fonctionner) De mon côté aussi j’adore le sentiment de pouvoir me déplacer par mes propres moyens et de voir mes distances grandir à chaque fois 😉 Et pour me motiver, j’ai opter pour le 65km d’Harricana en septembre. Bon training pour le Bear et vive la course! (très belles photos en passant!)

    1. Merci Marqui Ta Rio pour ton commentaire. Joan Roch en inspire plus d’un, c’est le fun de voir comment on peut s’inspirer entre coureurs! Félicitation pour ton assiduité à l’entraînement et ton inscription au 65 KM Harricana, celui-là me tente vraiment beaucoup, il est donc probable qu’on se voit là-bas. Hier lors de ma sortie à St-Bruno, je me disais que finalement, le véritable exploit ce n’est pas la course de 50 KM ou encore de 65 KM, mais bien le chemin parcouru pour pouvoir se présenter sur la ligne de départ. Tous ces beaux entraînements que l’on cumule sont aussi précieux que la course elle-même. Une année au bye bye de fin d’année il y avait eu un sketch à propos de marathonien. Je ne l’ai pas vu, mais on m’a dit que le sketch consistait à montrer deux gars bedonnants qui prenaient une bière en regardant passer les marathoniens, puis un des deux gars disaient, « ils n’ont pas de mérite, ils sont entraînés! ».

      1. Marqui Ta Rio dit :

        Ahhh Saint-Bruno! je viens d’y faire un 10km dans les neige aujourd’hui, c’était super beau avec la température clémente! Et bien vrai, c’est pas tant les courses mais les occasions de sorties que ça nous donnent pour nous y préparer 😉 Bonne semaine de course!

      2. C’est vrai que toutes ces sorties de “préparation” sont fantastiques, ce n’est pas tant la destination mais le chemin parcouru pour y arriver. Bonne semaine de course à toi aussi. Pour ma part, je dois reposer un genou qui a protesté de courir dans la neige molle. Je vais tenter une petite sortie aujourd’hui, si c’est douloureux, je vais écourter pour bien me remettre avant de reprendre les distances habituelles.

  2. Excessive ? Ben voyons donc ! Tu fais comme moi: le plus strict minimum ! 😉

    1. En effet Frédéric, rien de plus LOL Bon quelques petits extra ici et là.

  3. Bailey Donald dit :

    C’est vraiment très bon, ton article sur la course!! J’apprends a te lire!!
    Artiste et Sportive,excellent jumelage!!!
    Continue,peu importe ce que les gens disent,il faut s’écouter soi-même!

    1. Merci Donald, en effet il faut s’écouter. En passant, félicitation pour ta performance au triathlon hiver de St-Donat. Tu dois être content de ton résultat, si je ne me trompe tu as fais sous les 1h30.

      1. Donald Bailey dit :

        Merci Julie!
        Oui,quand même content,malgré le 3 minutes plus lent que l’année dernière,mais,s’entraîner une semaine avant le triathlon n’est pas la meilleure formule….lollll. La neige pour le ski de fond était collante cette année,ça ralentit ,la vitesse du parcours.mais,bien content,après tout:)

      2. Félicitation Donald, juste de prendre le départ par grand froid est un exploit en soi !

  4. Le hasard fait en sorte que je suis en train d’écouter le nouveau Jean Leloup en lisant ton texte… 🙂

    Continue à courir sans laisser le jugement des autres t’affecter. En effet, l’humain est fait pour bouger!

    1. Drôle de hasard David. Merci pour tes bons mots !

  5. Très bon article, encourageant et motivant, j’en suis à ma 2 è année comme coureur et j’ adore, je te ferai peut être à St-donat Où je ferai le 21 km pour la 2è année.

    1. Merci François, mois aussi j’ai fais le 21KM à St-Donat l’an dernier, il est vraiment beau et le fun ce parcours. Bonne chance pour ta saison.

  6. Toujours drôle de voir que personne ne dira que 2h de ski de fond un matin d’hiver mordant est excessif, mais le faire à la course dans le sentier de raquette à côté, ben ça ce l’est !

    1. Ben oui Jean-François, je n’y avait pas pensé à celle-là ! C’est vrai ce que tu dis.

  7. Jean-Francois Dussault dit :

    Salut Julie,
    C’est toujours un plaisir de lire tes chroniques! Tu dégages un bel enthousiaste contagieux!
    Tu écris bien aussi!
    Question comme ca:
    Tu cours une moyenne de 8km par jour!
    Est ce que tu fais des intervalles aussi?!
    Des courses récup?!
    Des longues sorties?!
    (Je suis certain que tu vas adorer Bear Mountain: entendu beaucoup de possitif de cette course! J’irai en 2016! Avant, marathon de Ottawa et 55km au Bromont Ultra! 🙂 )

    1. Merci Jean-François pour ton commentaire. Pour répondre à ta question, je cours 8KM 5 à 6 jours semaine donc j’ai quelques journées de repos ici et là. Si je n’ai pas envie de prendre une journée de repos, je n’en prends pas ce qui fait que parfois, j’aurai couru plus que 5-6 jours d’affilés. Je n’ai jamais suivi de programme d’entraînement ni fait d’intervalles. Je ne dis pas que ce n’est pas bon, mais pour ma part, comme ça m’enlèverait le goût d’aller courir, je préfère faire ce qui me plaît. Donc il y a des jours quand je me sens très en forme ou je vais courir vite parce que j’en ai envie et d’autres jours ou je me sens moins d’attaque ou je vais courir lentement. Je fais une sortie en montagne (j’essaie une fois semaine) ce qui est pour moi un genre d’intervalle puisque le dénivelé de la montagne est un intervalle de type Fartlek. Pour en savoir plus à propos de mes méthodes bien personnelles d’entraînement, tu peux toujours lire mon article à ce propos https://juliecloutier.wordpress.com/2014/12/21/mon-plan-dentrainement/ Bonne chance dans tes prochaines courses, ton marathon à Ottawa et le 55 de Bromont. J’ai aussi hésité entre le marathon d’Ottawa et Bear Mountain, difficile de faire les deux la même année. Je serai peut-être à Bromont à l’automne.

      1. Jean-Francois Dussault dit :

        Salut Julie,
        En faite tu suis un programme … The Joan Roch Program!!! 😉 hehe!
        C’est plaisant que tu ayes prit la peine de m’en parler plus! Ton approche est intéressante!
        Je te souhaite que ton genou se remettre vite aussi! 🙂
        En passant … Tu ne peux pas faire Bear Mountain et sauter le Bromont Ultra … Ca devrait être illégal ca!!!! 😉 haha! Je t’agace!!! 🙂
        Ah pis, j’oubliais … Je te trouve pas mal excessive! Lol Blague = inspirante
        Je trouve ca drôle les gens qui ‘dénigrent’ la course! Y a un gars qui disait que je gapillais 4 heures par semaine à courir!
        Au contraire, je connais pas grand chose qui m’apporte autant de bonheur dans ma vie!!! 🙂
        Bonne continuité!!!
        Au plaisir de se croiser un bon jour!!!

      2. Oui, je me plais à dire que je fais une mini-Joan de moi-même LOL. Cependant, avant même de le connaître ça a toujours été ma méthode. Toutefois, il en confirme l’efficacité pour lui, je verrai si cette méthode est efficace pour moi lors de ma course à Bear en mai, je le pense bien. Tout comme toi, la course m’apporte beaucoup de bonheur. C’est comme si je pouvais vivre une aventure chaque jour, peu de gens peuvent dire cela ! Alors non, on est loin de perdre notre temps. Bonne continuité à toi aussi, au plaisir de te rencontrer sur les sentiers.

  8. Jean-Francois Dussault dit :

    Dans le monde de la course, nous on aime ca les excessifs possitifs!!! 🙂
    Have fun, Julie!!!

  9. caroline boulanger dit :

    Salut Julie! Wow quelle belle découverte je viens de faire de toi et tes articles, Merci! Je vis tous les jours les propos de cet article! Je cours comme toi presque tout les jours et je me sens moins seule au monde maintenant devant les jugements sociaux envers les coureurs  » excessifs » comme nous! J’espère que ton 50k s’est bien déroulé en fin de semaine! Pour ma part ce 2 mai dernier, je me suis enfin qualifiée pour faire le fameux Marathon de Boston l’année prochaine!
    C’est inspirant de te lire 🙂

    1. Salut Caroline, merci pour ton commentaire, il me fait vraiment très plaisir. C’est pour ça que j’écris, pour moi-même mais aussi pour partager, motiver et inspirer. Félicitation pour ta qualification à Boston, c’est dans ma liste pour l’an prochain. Comme je serai alors du groupe 45 ans et plus, le temps pour se qualifier est raisonnable avec 3h55. Je pense donc mettre ce défi à mon agenda 2016. Oui ma course du 2 mai à Bear s’est bien passé. J’ai d’ailleurs publié un article à ce propos hier. J’y pense, si jamais j’arrivais à me qualifier, nous serions toutes deux sur la ligne de départ en 2016 ! Sait-on jamais ! Et félicitation pour ton assiduité à l’entraînement. Le secret en course, je crois que c’est la constance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s