Ultimate XC St-Donat 38KM – La veille du départ

Comme j’ai de la difficulté à synthétiser mes articles de blogue, cette fois-ci, je vais faire comme mon ami Frérédick Giguère du blogue ledernierkilomètre.com et vous présenter plusieurs articles en séquences à propos de la course Ultimate XC de St-Donat.

Premièrement, je veux vous remercier, vous les lecteurs de ce blogue d’être venus me voir sur place pour me dire que vous aimiez lire mon blogue, suivre ma page Facebook et que de plus pour certains, ça vous a aidait dans l’atteinte de vos objectifs. Ça me fait vraiment très plaisir quand vous venez me parler.

L’écriture d’un blogue est un exercice assez particulier, des fois, j’ai l’impression de n’écrire à personne, je me sens donc à l’aise un peu dans l’intimité d’un journal personnel.

Et puis, je consulte les statistiques de mon blogue et je constate que des centaines de gens lisent ce que j’écris. Certains laissent des commentaires, mais la plupart non. Donc, je ressens ce sentiment étrange de me dévoiler à je ne sais trop qui 🙂 Quand vous venez me voir pour me dire que vous suivez mon blogue, je suis vraiment contente de pouvoir vous voir en personne et savoir que vous vous sentez inspiré à la lecture de mes articles et que ça vous aide ou vous divertis. J’aime courir, mais j’adore aussi partager, c’est le fun et vraiment satisfaisant de voir que ça fait une petite différence pour certains. Aussi, quand vous venez me voir, des fois, je me sens un peu mal à l’aise parce que j’ai de la difficulté à faire le lien entre vous et un commentaire ou un nom sur Strava ou Facebook. Donc S.V.P. n’hésitez pas à me dire, j’ai commenté telle ou telle publication ou on est en contact sur Strava, ainsi je peux vraiment faire le lien entre vous et votre « vous virtuel ».

Arrivée un jour avant la course

Mon expérience l’an dernier à St-Donat avait été extraordinaire. Cet événement avait définitivement été mon gros coup de cœur en 2014, donc il était hors de question de le manquer en 2015. J’en parlais d’ailleurs dans cet article de blogue écrit l’an dernier.

Cette année, mon expérience là-bas a encore une fois surpassée, et de loin, toutes mes attentes. Je comprends encore mieux pourquoi j’étais aussi enthousiaste après ma participation de 2014. Cet événement est à ne pas manquer, un point c’est tout ! Tout coureur en sentier quel qu’il soit recherchant à participer à ne serait-ce qu’une seule course officielle devrait participer à l’Ultimate XC de St-Donat. Et puis il faut réserver sa place tôt pour être sûre de ne pas manquer son coup. Pour ma part, dès le début janvier, ma place était réservée pour participer au 38KM.

Nous sommes arrivée, avec 2 amis, le vendredi vers 13 h 30 pour voir le départ des coureurs qui tentait le parcours de « La petite trotte à Joan » un parcours de 120KM très ardu, parcourant les sentiers très techniques de St-Donat de jour comme de nuit. Ces coureurs, plutôt que de se prévaloir de la navette pour se rendre au départ du 60KM, s’y rendraient plutôt à la course en traversant monts, rivières et marécages pendant que nous autres coureurs des autres distances allions tranquillement manger puis dormir une bonne nuit de sommeil.

Joan Roch et et Widy Grego
Joan et Widy, en apparence relaxe avant le départ.
La petite trotte à Joan
Des médias étaient sur place.

Et pour ajouter à la difficulté, mettons que la nuit a été froide, je me demande si la température n’est pas même passée sous la barre des 10 degrés. Aussi sur de tels parcours de longue distance, habituellement il y a des postes de ravitaillements assez fréquents avec des bénévoles, des clochettes, des feux de bois pour encourager les coureurs. À St-Donat, je ne suis pas certaine pour cette année, mais si je me réfère à l’article de blogue que Joan avait écrit l’an dernier, les coureurs ont droit a quelques tables sur le parcours sur lesquelles on a déposé des bidons d’eau, parfois du café chaud et de quoi manger, mais en dehors du 60e kilomètre à la mi-parcours, oubliez ça les clochettes, les bénévoles et feux de camp. À St-Donat, tout le monde dort.

Joan, duquel le parcours du 120KM porte le nom (La petite trotte à Joan) avait été le seul a complété le parcours l’an dernier en solo. J’imagine que pour augmenter les chances de succès ainsi que pour assurer la sécurité des coureurs, cette année le concept de la participation en équipe a été introduit.

Aucun coureur ne pouvait terminer solo et la course ne s’effectuait pas en relais

Il fallait que tous les membres d’une même équipe complètent le parcours en entier. Joan était cette année accompagné d’un invité de marque, Widy Grego venu en visite pour la première fois en Amérique du Nord, grâce à une équipe de coureurs qui ont eu la très bonne idée d’amasser des points aéroplan pour l’aider à venir jusqu’ici depuis la Guadeloupe. Widy que nous avions eu la chance de rencontrer au Club de Trail de Montréal, le mardi précédent, est un homme vraiment aimable. Il est très connu dans le milieu du trail running, ayant gagné à de multiples reprises la course TransMartinique, une course au calibre très relevé traversant l’île de la Martinique au complet sur un parcours très exigeant de 133KM. Joan avait d’ailleurs eu la chance de courir une superbe fin de course sur ce parcours en compagnie de Widy l’an dernier.

Donc après quelques photos prises avant le départ, Widy m’a fait sourire quand je le l’ai entendu dire à sa compagne « à tout à l’heure » un peu comme s’il allait faire le tour du bloc à la course pour quelques minutes.

Avant le départ
À tout à l’heure !

Si je ne me trompe, 6 équipes ont pris le départ, donc 1 équipe féminine et une équipe mixte composée d’un homme (Pierre Boutin) et de deux femmes (Karine Darche et Ariane Adam-Poupart). Si je ne me trompe, 4 équipes ont réussi à terminer le parcours, dont l’équipe mixte. Le temps moyen pour parcourir la distance fut, je crois, autour de 24 h.

Rien n'arrête un Trail runner
« Rien n’arrête un Trail Runner », mon ami Guy Boisclair Finisher du 120KM !
Je lève mon chapeau à tous ceux qui ont pris le départ, et particulièrement aux filles qui étaient à l’évidence en minorité dans le groupe. Je trouve ça très inspirant et motivant de voir des femmes tenter ce parcours.
Participats avec Dan Desrosiers
Les 6 équipes avec Dan Des Rosiers tout sourire “it’s all good”.
Ultimate Xc St-Donat 120KM
Avant le départ, ils étaient propres !

Fait un peu à part à propos de Karine, vous vous souviendrez peut-être que j’ai parlé de ma méthode pour trouver mes objectifs de temps sur tel ou tel parcours, de comment je regarde le classement et trouves de cette façon mes objectifs de temps, connaissant à peu près ou je me situe habituellement à l’intérieur de celui-ci. Et bien à chaque fois que je tente de trouver ma position probable dans les classements, je tombe sur le nom de Karine. Je ne l’ai jamais rencontré en personne, mais comme son nom revenait souvent dans les endroits du classement ou j’estimais pouvoir me situer, dernièrement, dès que je regardais les classements je commençais par chercher son nom. Elle avait parcouru le 38KM de St-Donat l’an dernier et 5 h 59 et le 50Km de Bear Mountain en environ 7 h. Pour Bear, 7 h me semblait possible, ce qui fut en fait mon résultat très précisément et pour St-Donat, 5 h 50 me semblait raisonnable.

Côté caractère, on doit être pas mal différentes, j’ai entendu dire de source sûre qu’elle n’était pas du genre à se plaindre face aux difficultés. Je ne suis pas très plaignarde non plus, mais il m’arrive de parler toute seule avec les mots du seigneur pendant des moments difficiles en course.

Après que le départ fut donné, nous sommes partis nous installer chez le frère de mon ami Richard ou nous allions passer la nuit.

J’en ai profité pour faire quelques belles photos de la nature, dont une superbe araignée ci-bas.
IMG_6685_sm
Mon araignée dans sa rose.

Autour de 18 h, nous nous sommes rendus au sous-sol de l’église pour déguster un souper spaghetti maison – toute la nourriture est faite maison à St-Donat :). J’ai redemandé du pain, histoire de faire le plein de glucide, nous avons aussi eu droit à un beau morceau de gâteau aux carottes.

Nous avons rencontré d’autres amis, dont Alessandra qui était très fébrile puisqu’elle allait cette année s’attaquer au 60KM.

Une fois de retour au chalet du frère de mon ami, nous avons tout préparé pour le lendemain. Puis, j’ai eu de la difficulté à m’endormir. Au fur et à mesure que je tournais et me retournais dans le lit, je visualisais le parcours. Ce petit manège à duré « oh misère » presque 2 h. J’ai finalement pu trouver un sommeil léger suffisant pour me sentir assez reposé au lever.

Au lever, j’ai aussi pensé aux coureurs qui avaient continué d’avancer dans la nuit froide. Puis, je me suis demandé si ma jolie araignée avait survécu au froid dans sa rose.
Je l’ai retrouvée immobile, contrairement aux coureurs, elle n’avait pas bougé d’un millimètre pendant la nuit !
IMG_6688_sm
Mon araignée immobile qui a passé la nuit dans sa rose.
Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Richard dit :

    Tres bon blog Julie et encore felicitation pour un autre belle coure trail!

    1. Julie Cloutier dit :

      Merci Richard, et merci de suivre mon blogue, ça aussi c’est motivant pour moi.

  2. Gaetane Bourdages dit :

    Bravo Julie! Tu es une femme vraiment déterminée et passionnée.

    1. Julie Cloutier dit :

      Merci beaucoup, c’est un beau compliment ça. J’ai bien vu ton adresse courriel dans la liste des abonnés, tu devrais recevoir un courriel lors de la publication d’un prochain article.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s