Mini histoires d’hiver

Finding Joy in running mon œil

En janvier, j’ai écrit un article blogue intitulé “Finding Joy in Running”. C’est drôle mais j’ai l’impression que ces choses-là il ne faut pas les nommer, au risque qu’elles disparaissent.

Je m’explique, il m’est arrivé de courir un ultra et juste au moment ou je me disais « ah enfin, la descente, des kilomètres gratuits », boum, je me retrouvais tête première en m’enfargeant dans une racine. Puis pendant cette même course, au moment précis où je me disais que « je suis donc chanceuse de ne jamais avoir de crampe en courant » et bien voilà les crampes qui se pointaient.

Tsé dans une course quand on commence à se dire « ça va donc bien » souvent c’est là que ça se met à mal aller.

Donc, l’autre jour, sans me douter du risque d’une telle affirmation, j’ai écrit que la course était, la plupart du temps, un réel plaisir pour moi. Que la course transformait parfois des journées ordinaires en journée exceptionnelle. Photo à l’appui ci-bas 🙂

IMG_9174

Et bien depuis que j’ai écrit cet article, boum, difficulté à trouver le plaisir dans mes sorties de course.

Appelons cela une routine hivernale ennuyante, un temps plutôt moche soit trop froid soit pluvieux ou gris, bref, j’ai hâte de changer de saison, hâte de changer de routine d’entraînement. Par paresse ou par habitude, je continue de courir le même trajet. Par discipline, je continue de m’entraîner sachant l’importance de conserver les bases acquises qui me permettront d’augmenter le volume et le dénivelé au printemps et d’être au meilleur de ma forme pour relever les gros défis qui m’attendent en mai (mon premier marathon de route à Ottawa) et en juin (ma première course d’une durée de plus de 24 , le 120KM de La petite trotte à Joan). En plus, je suis super contente, Lambert sera partant pour son premier demi-marathon sur route à Ottawa.

Depuis que les conditions de ski nordique ne sont plus très bonnes, ma routine, ça ressemble à ça. Spinning le lundi, repos le mardi, course le mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche.

Oh gros changement ! Dimanche dernier ma première semi-longue course en 2016, 1 h 29. Autrement, c’est le jour de la marmotte, ça varie entre 44 et 48 minutes !

Strava training

Prédiction des objectifs de vitesse de course

J’ai utilisé l’outil McMillan Running pour faire des prédictions de mes objectifs de temps de course, en particulier pour mon marathon. Je me suis basé sur mon temps au 10 km de 48 min en entrant les données dans le site, ils extrapolent pour nous donner les temps requis pour le 21 km, le 30 km et le marathon. Étant donné que j’ai aussi couru le 20 km de la grande virée des sentiers de Saint-Bruno en 1 h 39, ça me semble assez juste. J’aimerais vraiment arriver à courir le marathon d’Ottawa avec un temps sous 3 h 55, car ceci me permettrait une qualification pour le marathon de Boston. Mais bon qui sait, un tas de choses peut arriver pendant un marathon, alors je ne m’en fais pas trop avec ça, si ça ne va pas comme prévu et bien ce ne sera pas vraiment grave. L’objectif premier est de le terminer sans blessure.

McMillan Race Time

Être ambassadrice…

Il me semble que tous mes amis coureurs sont ambassadeurs d’une marque ou d’un produit.

Pour ma part, être ambassadrice, j’aimerais bien que ce soit pour Topo Athletic. Les inscriptions pour se proposer comme ambassadeurs sont fermées pour l’instant. Il semblerait qu’il faut surveiller les médias sociaux pour savoir quand elles ouvriront pour 2017.

En fait la principale raison pour laquelle j’aimerais être ambassadrice de ces chaussures c’est parce qu’elles sont réellement mon coup de cœur depuis que je cours. Allez, je fais un peu de pub gratuite, mais je les aime tellement ! Elles ne sont pas très connues au Québec ni même au Canada. Je me les suis cependant procurés à la Maison de la course Ste-Thérèse ou j’avais été vraiment bien conseillé.

Je cherchais une chaussure minimaliste avec moins de 2 mm de drop, mais avec une meilleure protection (semelle un peu plus épaisse) que mes VivoBarefoot. J’adore les VivoBarefoot, mais la semelle étant très mince, c’est un peu délicat lors de conditions difficiles en sentier, mettons qu’on sent vraiment les roches et les racines sur le parcours et dans des conditions « gros cailloux » de type « Bear Mountain Endurance Challenge », c’est infernal ou même impraticable.

Vivobarefoot Running shoes
VivoBarefoot, fantastique mais n’offre pas beaucoup de protection sur les sols techniques.

Donc je voulais une chaussure minimaliste, mais un peu plus robuste tout en restant très légère et sans beaucoup de rembourrage à la semelle. J’aime sentir le sol quand je cours, je trouve que j’ai un meilleur équilibre et une meilleure proprioception.

Topo Athletic Running Shoes
Mes Topo Athletic avec lesquelles j’ai d’ailleurs couru presque 500 km et elles sont encore comme neuves !

Cette chaussure est selon moi unique, elle est mince et flexible, 1.5 mm de drop sans aucun rembourrage à la semelle, mais avec une semelle assez épaisse pour offrir une bonne protection. Je les aime tellement que je n’ai presque plus porté aucune autre chaussure depuis que je les possède. J’espère juste que l’efficacité des crampons sera suffisante pour des sentiers techniques. Malgré que ce sont des chaussures de course en sentier, je compte même les porter pour mon marathon sur route, d’après moi, elles sont hybrides. De toute façon, je ne m’entraîne presque exclusivement avec elle, donc je ne me vois pas changer la veille d’un marathon.

Topo Athletic Running Shoes
Semelle pour les sentiers
Allez il me reste à convaincre Topo Athletic de m’approvisionner afin que je puisse faire connaître un peu leurs chaussures dans notre belle région.

Topo Athletic Running Shoes

Topo Athletic Running Shoes
Mes Topo Athletic, sont pas mal en hiver aussi.

Petite parenthèse d’ailleurs, j’ai une paire de Altra Lone Peak 2.5 pour femme de grandeur 7 à vendre. Elles sont comme neuves, je ne les ai portées que 3 fois. Mais comme elles ont un bon rembourrage, elles ne me vont pas, j’ai vraiment moins d’équilibre et de stabilité aux chevilles avec ces souliers. Cependant, je connais une très grande quantité de coureurs qui ne jurent que par ces chaussures. Contactez-moi par courriel si vous êtes intéressé.

Altra Lone Peak running shoes
Mes Altra Lone Peak comme neuves, à vendre.

Instructrice de spinning

Depuis fin décembre, j’ai commencé à donner des cours de Spinning le lundi soir. J’avais fait ma certification d’entraîneur au printemps 2015. À ce moment-là avec le beau temps estival, je n’avais pas envie de donner des cours à l’intérieur, mais fin-décembre, j’ai eu une offre pour remplacer une instructrice pendant quelques mois.

L’expérience est intéressante et enrichissante. Puisque je cours presque tout le temps en endurance fondamentale, je donne des cours de type intervalles. Ça apporte une belle variété à mes entraînements. Cependant, j’ai un peu de difficulté avec le fait de m’entraîner à l’intérieur de surcroît en fin de journée, vers 17 h 30. L’hiver, je cours quasiment tout le temps avant 16 h, je préfère sortir m’entraîner quand il fait clair. Comme je travaille de la maison, il m’est heureusement possible de modifier mes horaires de travail à ma guise.

L’interaction avec le groupe est énergisante, je découvre de la nouvelle musique étant donné que les clients préfèrent de la musique très rythmée et populaire, je bâtis donc des listes de chansons de ce type pour le cours. Le remplacement se termine probablement autour de la fin avril. Je ne sais pas si je continuerai après. Mais pour l’instant, ça ajoute un peu de travail en force musculaire et simule bien l’entraînement en côtes. Ce qui est une très bonne chose, vu mes défis à venir.

Et vous ?

Quelle est votre routine hivernale, faites-vous plein de choses différentes ou c’est la routine ? Avez-vous essayé de nouveaux sports ? Pour ma part, j’ai bien envie d’essayer le Ski Mountaineering « Skimo ». Peut-être pendant la relâche, puisque nous passerons 4 jours au mont St-Anne à Québec.

Allez, même si on a un drôle d’hiver, on lâche pas l’entraînement.
courir en hiver
Hiver 2016, 3 photos prisent en 3 jours
Publicités

8 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Marc thibodeau dit :

    Merci pour ton histoire Julie C’est toujours interessant. Je serai aussi a Ottawa cette annee mais pour courrir le Demi marathon comme lapin de vitesse pour un temps de 1 heure 45. Je vais bientot recommence a courrir alors on pourra faire quelque long runs ensemble vue qu’on a a courrir a la meme vitesse.

    1. Julie Cloutier dit :

      Hum, Marc nous deux à la même vitesse, je ne me fais pas d’illusion. Mais il me fera très certainement plaisir de courir avec toi. J’espère que l’on pourra se croiser à Ottawa.

  2. Comment ça, plus de 24 heure pour la Petite Trotte ? 😉
    Quant à ma routine cet hiver, elle commence à se résumer ainsi: étirements, masso, étirements, on fait un test, étirements, on prend quelques jours de repos, on refait un autre test, étirements, ostéo, prières.
    Commence à être grognon, le monsieur…

    1. Julie Cloutier dit :

      Frédéric, je te l’ai dit plusieurs fois, je ne suis pas vite. Eh oui prépare-toi mentalement pour un très probablement plus que 24 h avec moi parce qu’une chose est certaine, même si c’est long, on ne va pas lâcher ! Continue de bien te soigner, je vais prier aussi ça ne peut pas nuire LOL

  3. Mario dit :

    Concernant la semelle mince des Vivobarefoot, c’est une question d’habitude et de technique. Dans mon cas, je garde les Vivobarefoot pour les temps froids. L’été c’est soit en sandales lunasandals.com ou si c’est un sentier trop rocailleux ou pas bien nettoyé, alors là ce sera les Vibram Five Fingers. C’est d’ailleurs ce que j’avais porté pour le 38 de St-Donat en 2013. Par contre il faut souligner que ça m’a pris environ une année de transition avant de pouvoir faire des sentiers techniques et longs en minimalistes. J’ai dû ré-apprendre à courir et renforcer mes pieds. Dans mon cas ça valait la peine.
    Toujours un plaisir de te lire,
    Mario

    1. Julie Cloutier dit :

      Merci Mario, j’avais oublié en effet que c’est comme toute chose une question d’habitude et de pratique. Tu me fais penser là que j’aimerais vraiment essayer les Five Fingers. C’est vrai qu’il faut renforcir nos pieds tranquillement avec ces souliers. Moi ce sont mes tendons d’Achille qui sont encore en transition malgré que cela fait plus de 6 mois que je ne cours uniquement qu’avec des souliers minimalistes.

  4. Melly dit :

    Fascinant les 3 photos en 3 jours du même point de vue!

    Je cours régulièrement depuis 3 ans. Et à chaque hiver, sans que ce soit planifié, je laisse tomber toutes mes sorties de course à pied pour faire du ski de fond, de la raquette, du patin. Puis je recommence à courir en février. Et je réalise que je me suis vraiment ennuyée de la course 🙂

    J’espère que le plaisir t’est revenu!

    1. Julie Cloutier dit :

      Merci Melly pour ton commentaire. Oui heureusement, le plaisir est revenue. Quelques sorties de ski de fond et de raquette dans un décor enchanteur ont suffit pour refaire le plein de motivation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s