Mont Orford, Je t’aime

J’espère que vous êtes sorti jouer dehors dimanche dernier.

Mont Orford

Moi, j’ai failli manquer ça. La routine a failli prendre le dessus. Tsé dans le style « faut que je fasse mon ménage ». C’est quoi cette idée de faire du ménage par un des plus beaux dimanches de l’année, franchement  ?

C’est mon chum qui m’a sauvé !

Il est tellement mordu de ski de fond qu’il voulait aller en faire au mont Orford, dans ce que j’appellerais des conditions merdiques pour le ski de fond. Non, mais faut vraiment aimer ça pour faire du ski de fond de type « freestyle » dans des conditions partiellement glacées, le sol recouvert de neige granuleuse ou de gros sel comme on dit ici au Québec.

Bref, comme Saint-Bruno et OKA étaient fermés pour le ski de fond, il restait le mont Orford. On a paressé un peu le matin, ce qui fait qu’avec le changement d’heure, nous ne partions pas vraiment de bonne heure. Ce n’était  pas bien grave puisque la luminosité serait au rendez-vous pour une heure de plus en fin de journée. Nous sommes donc partis, vers midi. Pour ma part, pas question que je fasse du ski de fond. Je ne vais pas me taper 1 h 15 de route pour aller skier dans des conditions merdiques. Je commence à aimer le ski de fond, mais j’exige des conditions décentes. Autrement, je n’ai aucun plaisir et les gens qui m’accompagnent (lire la plupart du temps mon chum) n’ont pas de plaisir non plus, à m’entendre chialer (ou comme disent les Français, à m’entendre râler).

Une fois arrivé sur place, chacun a donc fait ce qui lui tentait. On s’entend vraiment bien là-dessus moi et Lambert, il nous arrive souvent de nous rendre à la montagne ensemble, mais de faire chacun une activité solo. On y va chacun à notre rythme, on estime le temps que notre trajet nous prendra, puis on se rejoint à la voiture pour le retour. On partage ensuite un bon souper et une belle soirée en se racontant notre expérience, que demander de plus ?

Pour ma part, j’adore me retrouver seule à courir dans les sentiers et lui et bien il apprécie de pouvoir, de temps à autre, skier à sa vitesse.

Mont Orford
Des conditions idéales pour la course en sentier et la randonnée.

Donc, grâce à Lambert, dimanche dernier, je me suis retrouvée dans les sentiers du mont Orford plutôt qu’à faire mon ti-ménage. Que du bonheur, les conditions de course en sentier étaient parfaites. Il y avait un peu de glace, mais rien qu’une bonne paire de crampons ne puisse vaincre. Le soleil, les conditions printanières sans beaucoup de boue ont fait de cette journée, une journée mémorable. Le plaisir de courir à mon rythme, de prendre le temps de m’arrêter, d’entendre la nature, de respirer l’air pur m’ont encore une fois remplie d’énergie.

Mont Orford
Ascension du sommet du sentier de la Chouette
J’espère que vous avez vous aussi profité de cette magnifique journée.

Un sommet pour le livre de Joan Roch

Un ami avait partagé sur Facebook quelques jours plus tôt avoir transporté avec lui le livre de Joan Roch pour gravir les 3 sommets du mont Saint-Hilaire. Je me suis dit que ce serait bien de lui faire parcourir d’autres sentiers à ce livre, je l’avais donc pris avec moi pour Orford. Une fois rendu en haut du sommet du sentier de la Chouette, j’ai sorti le livre et pris quelques clichés. Puis comme on tire au tarot, j’ai pigé une page au hasard pour voir ce qui sortirait. Et bien, croyez-le ou non, je jure que c’est vrai, la page  81 est sortie ! Comme j’en parlais justement dans mon dernier article de blogue, je commence à me demander si c’est un message que je devrais écouter. C’est celle où il dit « La fois où… j’ai tenté de courir après une soirée bien arrosée ! » Et bien je le répète, pour moi l’expérience fût des plus positive, je sais que Joan est frileux à donner des conseils, mais je trouve que son livre est pas mal insistant avec moi 🙂

Mont Orford
Après les 3 sommets du mont Saint-Hilaire, un 4e sommet pour le livre de Joan Roch au mont Orford dans le sentier de la Chouette.
En terminant, voici quelques vidéos que j’ai prises dimanche.

La version printanière du Vietnam de Dan Desrosiers aka directeur de l’Ultimate XC St-Donat.

La beauté de la montagne

Là j’aime l’hiver, ascension sommet du sentier de la Chouette

La beauté de la nature

Et surtout, sortez courir, marcher, skier, n’importe quoi, mais de grâce laisser faire le ménage par de belles journées printanières.

Mont Orford

Mont Orford

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Tu as tellement raison: maudit ménage !
    Ceci dit, j’ai une règle immuable:les jobs plates à faire à la maison, je les fais toujours APRÈS avoir couru. Comme ça, quand je me les tape, je le fais dans la bonne humeur et si je manque de temps, hé bien tant pis pour le ménage ! 🙂

    1. Courir avant, travailler après, c’est une très bonne idée ça. Mais aujourd’hui, je m’en vais courir dans la bonne humeur parce que je viens d’achever mes rapports d’impôts 🙂 Une autre affaire mauditement plate…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s