La Maison Bleue

Dans le cadre de La petite trotte à Joan, dont j’ai parlé en détail dans mon dernier article de blogue, nous avions la possibilité d’organiser une Levée de fond.

Je me suis dit pourquoi pas ? Ça ne coûte rien de faire quelque chose. Tout ce que ça demande est un peu de temps et d’organisation. Je trouve que nous les coureurs, pour la plupart, nous sommes privilégiés. Privilégiés d’avoir la santé et le temps pour pratiquer notre sport. Puisque notre course de 120 KM interpelle les gens, je me suis dit que nous avions une occasion de faire une petite différence en amassant des dons et en donnant de la visibilité à un organisme de notre choix.

Organiser une Levée de fond, ça veut aussi dire sortir de sa zone de confort. Mon partenaire l’a écrit ici, ce n’est une surprise pour personne, je suis une quelqu’un de plutôt extravertie, mais cela ne signifie pas que je sois à l’aise de demander.

Toutefois, comme avec la course, l’exercice m’apporte déjà plusieurs apprentissages intéressants.

Premièrement, demander, ce n’est pas facile, mais à force, je pense que l’on peut s’y habituer un peu, hahaha un peu comme on peut s’habituer à courir des distances de plus en plus longues. Aussi, depuis que je fais la promotion de notre levée de fond, je me rends compte à quel point cela me fait plaisir de voir apparaître un nouveau un don sur notre page, peut importe le montant. Je vais consulter notre page de dons régulièrement et je suis étonné du bonheur que cela me procure à chaque fois que je vois que notre total amassé a progressé, je me sens  comme une enfant la veille de Noël !

Ce qui fait que je me suis mise à donner des petits montants ici et là pour répandre du bonheur à mon tour. Ne serait-ce que pour cette raison, ça vaut la peine d’organiser une levée de fond !

Je me rends bien compte, comme tout le monde, que nous sommes très sollicités de toute part par toutes sortes de projets ou organismes. En plus avec les projets de type « gofundme » et autres, cela multiplie les demandes. Donc il est bien certain que l’on ne peut pas donner à tout le monde. Je fais de temps à autre des dons de plus grande envergure, toutefois, avant d’organiser cette levée de fond, j’avais tendance à me dire que 10 $ ce n’était pas suffisant, donc, je passais souvent en me disant que je fais déjà de plus gros dons de temps à autre.

Maintenant, je me dis pourquoi ne pas donner un peu plus ! Ne serait-ce qu’une dizaine de fois par année des montants entre 10 $ et 20 $. J’ai conscience que ce n’est pas tous le monde qui peut se le permettre, mais si on a la chance de pouvoir le faire, pourquoi pas. Si on fait le compte, ce n’est pas cher pour répandre du bonheur et aider un tout petit peu des causes qui nous tiennent à cœur.

L’organisme que nous avons choisi, La Maison Bleue, est un centre de périnatalité sociale offrant des services aux femmes enceintes et à leur famille vivant en contexte de vulnérabilité.

Mon partenaire et moi avons choisi cette cause avec notre cœur. Pour ma part, j’avais vu Guylaine Tremblay, la marraine de l’organisme, en parler à l’émission Banc public  et cette cause m’avait touché pour la raison principale que cet organisme offre le suivi de grossesse aux femmes en état de vulnérabilité (grossesse issue d’un viol, alcoolisme, toxicomanie, immigration récente, problème de logement, pauvreté, etc.) et encadre leur famille ainsi que leur bébé jusqu’à l’âge de 5 ans. Moi en plus de tout le reste, c’est l’encadrement sur plusieurs années que je trouve extraordinaire. Ceci signifie, entre autre, un suivi de santé physique, vaccin, etc., un suivi psychologique et de l’éducation aux parents pour mieux répondre aux besoins de leur enfant. Comme on le sait, la période entre 0 et 5 ans est déterminante dans la vie. Je n’ai donc aucun doute que cet organisme fait une grande différence dans la vie des familles et des enfants.

De plus, nous sommes allés visiter une de leurs maisons dans Parc-Extension (ils en ont deux pour le moment avec des projets d’en ouvrir d’autres) et nous avons été impressionnés par l’accueil, l’atmosphère et leurs services. En plus des salles pour voir les médecins, qui se présentent sur place 5 jours semaine à raison d’une demi-journée chacun, ils ont une salle pour voir l’infirmière, ils ont une salle de jeu pour les enfants et ils organisent aussi des rencontres et des activités de groupe afin d’aider les famille à sortir de l’isolement. Bref, nous avons rencontré là des gens avec le cœur à la bonne place qui travaillent fort et font une vraie différence.

Si on compare La Maison Bleue avec la Fondation du Dr Julien, qui est un peu plus connue, il y a des différences. Le Dr Julien fait de la pédiatrie sociale et intervient auprès des enfants à partir de 5 ans et La Maison Bleue fait de la périnatalité sociale, et intervient dès les débuts de la grossesse, jusqu’à l’âge de 5 ans.

Auparavant, le Dr Julien faisait partie du conseil d’administration de La Maison Bleue, son modèle a d’ailleurs été une inspiration pour les fondatrices, Dre Vania Jimenez et sa fille Amélie Sigouin, qui cherchaient des solutions d’interventions pour éviter des difficultés qu’un enfant peut rencontrer à partir de l’âge de 5 ans et qui pourraient être associées à tout stress ayant eu lieu au moment de la grossesse.

Les femmes sont souvent référées à La Maison Bleue par notre système de santé et ce pour le suivi de leur grossesse. Ce qui fait qu’elles se présentent simplement pour cette raison et découvrent par la suite tout un système fonctionnel de soutien. De plus, cela évite le dédoublement pour le système public puisque les gens de La Maison Bleue prennent en charge les besoins des familles et les réfèrent aux bons endroits selon leur situation, par exemple pour des besoins de logements ou de suivi psychologique. Ainsi, l’encadrement se fait de façon très efficace.

La Maison Bleue

C’est ici que je vous invite à faire un don pour notre cause, peu importe le montant. Cliquez ici pour voir notre page et faire un don.

Si vous ne pouvez pas faire de don, ne soyez pas gêné de partager cet article de blogue ou les publications Facebook que je fais de temps à autre à propos de La Maison Bleue, ainsi nous les aiderons à se faire connaître.

En tout cas, nous parcourrons, mon partenaire et moi, les 120 KM de La petite trotte à Joan, pour nous, pour La Maison Bleue, pour les femmes et leurs familles, mais surtout pour les enfants, pour leur donner la chance d’une vie meilleure, la chance de vivre du bonheur tel que nous coureurs avons le privilège de vivre pendant  la pratique de notre sport.

Comme le disait une personne « Anonyme » sur notre page de dons « Bravo de joindre l’utile à l’agréable, il y aura peut-être de futurs athlètes parmi les protégés de La Maison Bleue. Bonne course on pensera à vous ! ».

Plus de détails à propos de La Maison Bleue ici.

Vous pouvez aussi aimer leur page Facebook ici.

PTJ

Merci d’avance
Julie et Frédéric

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Luc Paulin dit :

    Voila mon donc est fait.. Bravo et ne lacher pas … ce sont 2 beau défis à relever mais dont vous serez si fier d’avoir accompli!

    1. Wow, merci Luc, là tu viens de me mettre tout un beau sourire dans le visage et me donner encore plus de détermination pour accomplir ces objectifs. Merci pour ta générosité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s