La chute du diable, ce sera le 50 kilomètres en 2016

Ce sera le 50 kilomètres pour moi cette année à la course La chute du diable. Comme je le mentionnais dans mon dernier article de blogue, j’hésitais entre le 80 et le 50 kilomètres.

J’ai tergiversé pendant un bon bout de temps pour finalement en venir à la conclusion que je n’avais pas, en ce moment, la motivation de courir 80 kilomètres. Ça beau être le fun, un 50 kilomètres, un 80 de surcroît, ce n’est pas de la petite bière. Si la motivation n’est pas à 100 %, on oublie ça, on ne passe pas au travers de la distance, la tête est ce qui est le plus important en ultramarathon. Tu n’as pas de jambe, si tu as le mental, tu vas en venir à bout. De plus, une petite douleur tenace à l’ischio-jambier me dit d’être sage. Le bon côté de tout ça est que je remets ce défi à 2017, un 80 kilomètres en solo, je n’ai jamais fait cela, je pense que ce défi me donnera une bonne dose de motivation à l’entraînement pendant l’hiver 2017.

Je sens cette envie de me dépasser et de me confronter à mes limites qui revient peu à peu, mais je suis encore aussi très rassasiée de mon gros défi 2016 de 120 kilomètres.

L’appétit n’est pas encore suffisamment présent pour me lancer. Toutefois, je le sais, ça s’en vient…

J’ai fait le 50 kilomètres de la Chute du diable l’an dernier, j’ai hâte de prendre à nouveau le départ cette année. Pour 2017, je prévois le marathon de Boston et un 80 ou 100 kilomètres solo (Vermont 100 KM ???).

Mais revenons à nos moutons. Ces temps-ci, j’ai fait face à une baisse de motivation pour la course à pied. Depuis que je tiens ce blogue, c’est la première fois que cela m’arrive.

Je suis ambassadrice Kari Traa, je me mets donc un peu de pression niveau motivation. Inspirer les autres à courir me tient à cœur. Mais je veux aussi être tout à fait authentique, pas de faux-semblant, des baisses de motivation, c’est normal, la vie ce n’est pas un long fleuve tranquille.

Kari Traa, c’est fantastique, c’est honnêtement une très belle aventure. De sentir que l’on m’appuie, cela me propulse vers l’avant. J’ai des nouvelles régulièrement, on me dit être content de m’appuyer. Quand on sent une baisse de régime, ça vaut de l’or, plus encore que des vêtements de course gratuits.

Et puis, ils m’ont accueilli dans cette belle grande famille avec ce mot de bienvenue « Rain or shine Kari Traa supports you » !

Ce qui m’aide en ce moment, côté motivation, est de profiter du moment présent lors de mes sorties de course, d’observer la nature, de m’arrêter pour prendre quelques images, de partager avec vous mes entraînements, d’échanger et de recevoir vos commentaires sur ma page Facebook.

courir pour le plaisir

IMG_5816-sm

IMG_5489-sm

Pohénégamook

Me ressourcer en montagne m’a fait le plus grand bien pendant nos vacances dans le bas du fleuve. Quelle belle région que celle du lac Témiscouata !

Nous sommes allés dans le parc National du même nom et y avons découvert de très beaux sentiers, dont un qui est une partie du sentier national, le même que l’on parcourt à la Chute du diable et qui se rend jusqu’au bout de la Gaspésie.

Comme chaque fois, me retrouver dans la nature, en montagne m’a procuré des bienfaits inestimables. Que c’est vivifiant !

Parc National du Lac Témiscouata

Parc National du Lac Témiscouata

Parc National du Lac Témiscouata

Parc National du Lac Témiscouata

Et puis, un soir cette semaine, plutôt que de sortir courir, cette envie d’écouter un film de filles et de pleurer bêtement LOL Quand on est rendu à vouloir manger de la crème à glace à même le pot, évaché dans son divan à pleurer en écoutant un beau film de filles 🙂 Bah, des fois ça fait du bien, se permettre un certain relâchement, tant que ça ne dure pas toujours.

Ces derniers temps, j’étais aussi encore triste de cette finale en queue de poisson de La petite trotte à Joan. Je n’arrivais pas à mettre ça derrière moi. Puis j’ai écrit à Dan Desrosiers, ça m’a fait beaucoup de bien d’échanger avec lui. J’ai appris que lui aussi avait été attristé de toute cette histoire, mais surtout que sa course ait créé de la chicane entre coureurs. Moi aussi c’est ce qui m’a le plus attristé, la réaction des autres coureurs de La petite trotte. En tout cas, il a été très gentil en m’encourageant à mettre tout ça derrière moi, puis j’ai fait la même chose, je l’ai encouragé à mettre ça derrière lui et surtout à continuer de produire ce si beau festival de Trail running à St-Donat à la fin juin.

Et mon partenaire Frédéric qui a été très compréhensif et encourageant quand je lui ai dit que 2 mois plus tard, j’avais encore beaucoup de peine face à ces événements post-course. Honnêtement, je n’aurais pas dû prendre tout cela aussi personnel. Une chance, plusieurs personnes m’ont écrit en privée pour me donner du soutien et me dire qu’ils trouvaient durs les réactions à mon égard. Certains m’encourageaient à continuer d’inspirer les autres à se dépasser, d’autres me disaient s’être éloignés du milieu trouvant que plusieurs se prenaient pas mal trop au sérieux à leur goût. Bien franchement, cette baisse de motivation a un lien direct avec ces événements. Je me suis même demandé si je ne fermerais pas mon blogue, mais ne vous inquiétez pas, j’aime trop écrire et échanger avec vous pour que cela ne se produise.

Depuis que j’ai échangé avec Frédéric et Dan à ce propos, je me sens prête à laisser cela complètement derrière moi et à garder de ce défi du 120 kilomètres, les meilleurs souvenirs. Je me sens aussi motivé à continuer de partager mes aventures via ce blogue. Je me sens encore plus libre de faire ce qui me plaît. « So what » si je ne fais pas de dénivelé, certains coureurs, me l’on presque directement reproché. Chacun peut bien faire ce qui lui plaît !

Nous sommes maîtres à bord, la course est un loisir, comme le disait un ami, « il y a la vie aussi ».

Je prendrai donc part au 50 kilomètres de La chute du diable pour le plaisir. Pour côtoyer plusieurs amis qui je sais prendrons part à cette course, pour profiter de la nature, pour me dépasser, pour manger aux multiples ravitaillements, miam miam, pour profiter du moment, pour cette bonne bière après course, pour le diable qui sera patient de m’attendre, jusqu’à ce que je passe ce fil d’arrivée, peu importe le temps que cela me prendra. Pour ces bons mots de vous tous que je croise sur les sentiers, pour ces beaux souvenirs impérissables qui m’accompagnent ensuite tout au long de l’année.

J’espère vous croiser sur les sentiers, si c’est le cas, ne vous gênez pas pour me saluer, je ne reconnais pas toujours tout le monde, mais dès que vous vous nommez, je suis capable vous replacer.

À très bientôt !

Publicités

8 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Runner Flower dit :

    Comment ça une petite baisse de motivation ! Non non non non non, si t’as un petit coup de mou, viens lire mon blog ou je t’explique comment j’en chie pour faire 10km et tu comprendras le plaisir qu’on a de te lire et donc de partager un peu tes exploits !
    Et en plus, comment je pourrais être bilingue québécois-français si tu ralentis le rythme… c’est pas de la petite bière ça !

    1. Hahaha, merci Runner Flower, c’est motivant ce commentaire. Il est frai que devenir bilingue québécois-français ce n’est pas de la petite bière. Au fait comment vont tes nouveaux basket ? Et aussi, c’est quoi ton prénom ?

      1. Runner Flower dit :

        Moi c’est Pascal… enchanté Julie. Pour les souliers, ils ne m’ont pas fait courir encore le semi-marathon (pardon « demi-marathon ») en dessous d’1h15 mais sinon j’en suis super content!

      2. Enchanté Pascal, ah le semi oui LOL en dessous de 1h15 dans nos rêves les plus fous 🙂

  2. Errol dit :

    Salut, on se verra peut être à la Chute du Diable, par contre je serai bien content de terminer le 10 km (rires). Ne t’arrête surtout pas de courir et de maintenir ton blogue, Ton blogue est une source de motivation pour moi. Quand j’en arrache coté entrainement, je vais lire un de tes articles et la motivation revient même si il fait 30 degrés Celsius. Je crois que courir un 50 km c’est super, il ne faut pas aggraver ta blessure aux ischios. C’est quand on est blessé qu’on ne s’améliore pas…
    le 80 km sera pour l’an prochain. un gros objectif par année me semble suffisant. Je comprends qu’il y a eu toute une polémique autour du KMAG et que cela joue un peu sur ta motivation,cependant tu n’avais pas l’intention de remettre en question de leadership de Dan Desrosiers. De son coté ce dernier se doit de maintenir les points de repère de son évènement. Bref ce qui est fait est fait. Cet évènement ne change en rien les motifs pour lequels tu cours et tu es toujours aussi apprécié de tout le monde.

    Continue à courir
    continue à écrire
    on continue à te lire

    merci Errol

    1. Bonjour Errol, merci beaucoup pour ton commentaire, celui-ci m’inspire à continuer. Je suis vraiment heureuse quand des lecteurs me disent trouver de la motivation en lisant mes articles. Merci beaucoup d’avoir pris le temps de m’écrire ici. Continue de courir et d’y trouver du bonheur. Bonne course de 10 kilomètres à La chute du diable, je serai présente au départ et à l’arrivée de celle-ci, puisqu’une amie va y courir sa première course en sentier. Si jamais tu me reconnais, S.V.P. viens me voir pour qu’on jase un peu.

  3. Errol dit :

    Bonjour Julie d’accord je n’y manquerai pas de mon coté je ressemble à l’icone qui accompagne mon post mais maintenant j’ai 10 kgs en moins ( la course aide lol)

    1. Bravo Errol, pour ces 10 kilos en moins, ce sera difficile de te reconnaître ! Moi aussi, à un moment donné, j’ai perdu 10 kilos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s