Retour sur mon année de course 2016

L’année 2016 fut marquée par plusieurs nouvelles aventures.

La constance

De janvier à juin, les entraînements ont été très constants en vue de mon premier ultra marathon dépassant la distance de 100 kilomètres, qui eut lieu en juin. (Article de blogue à ce propos ici).

fevrier

Le spinning

L’année  2016 fut celle où j’ai eu la chance de donner des cours de spinning. Spinning qui m’a d’ailleurs beaucoup aidé dans la réalisation de mes objectifs  2016.

sufferfest
Le spinning, des « suffer fest » à répétition.

Des records personnels de vitesse

En 2016, j’ai aussi battu mes records de vitesse au 10, 15 et 21 kilomètres, et ce pendant une course de 30 kilomètres courue à une vitesse que je croyais impossible pour moi sur un 5 kilomètres ! Comme de quoi, l’assiduité à l’entraînement, ça paye ! (Article de blogue à ce propos ici).

pr
Cette course de 30 kilomètres, sur laquelle on s’est perdu 🙂

Le premier marathon sur route

En mai, j’ai pu courir mon premier marathon sur route en guise de « long run » pour m’aider à compléter ma course en sentier de 120 kilomètres qui eut lieu en juin. (Article de blogue à ce propos ici).

firstmarathon
Un premier marathon tout en constance.

Ambassadrice Kari Traa

À partir de la fin mai, j’ai aussi eu une très belle surprise en étant nommée ambassadrice Kari Traa pour le Québec. (Article de blogue à ce propos ici).

img_2553-sm

Livre Grand Trail

2016, l’année ou j’ai vu ma photo publiée dans un livre de course à pied ! Pour vous procurer ce superbe ouvrage, il suffit d’aller sur leur site Internet pour le commander. Vous y verrez des photos et reportages à propos des plus grands coureurs en sentier et quelques images des plus petits/petites, comme moi 🙂

img_8912

img_9232

Le support de mon employeur

L’année  2016 fut aussi celle où j’ai eu la chance d’obtenir le support de mon employeur, Direct Impact Solutions,  pour la réalisation de mes objectifs. Mon employeur a organisé une levée de fond au sein de l’entreprise pour contribuer à notre cause dans le cadre de mon défi de course de 120 kilomètres et il a en plus défrayé mes frais de course. Quelle belle philosophie d’entreprise que d’encourager les employés dans le dépassement de soi ! Je les remercie ici encore une fois, ainsi que tous mes collègues qui ont contribués à ma levée de fond pour La Maison Bleue.

img_0192

img_1947

Le fameux 120 kilomètres

En juin, j’ai finalement accompli le défi qui occupait mes pensées presque chaque jour depuis les 6 mois précédents, en parcourant la distance de 120 kilomètres en montagne, incluant 5000 mètres de dénivelé, dans un temps de 28h00.

Au passage, nous avons pu amasser, mon partenaire de course (Frédéric Giguère du blogue ledernierkilomètre.com) et moi, 1470 $ pour une cause qui nous tenait à coeur, La Maison Bleue, un centre de périnatalité sociale qui accompagne les familles en difficulté pendant la grossesse et le développement de l’enfant. (Article de blogue à ce propos ici).

J’ai donc passé les 6 premiers mois de l’année à m’entraîner et à penser à mon ultime objectif, à raison de 6 jours d’entraînement par semaine pendant plusieurs mois.

Puis j’ai passé les 6 derniers mois de l’année à en intégrer les apprentissages !

Je souhaite à tout le monde la chance de pouvoir s’impliquer dans un très gros défi. Peu importe lequel, si celui-ci demande une détermination hors de l’ordinaire, vous en retirerez beaucoup, beaucoup plus que vous ne l’imaginez.

Des décès

L’année  2016 a aussi été marquée par le décès de la maman de mon conjoint et de notre petite chienne adorée. (Article de blogue à propos de ma petite chienne Beauté ici). En début d’année, au mois de février, nous avons aussi perdu Ti-pou, mon adorable inséparable. (Article de blogue à ce propos ici).

Révision des objectifs annuels à la baisse

Puis vers la mi-septembre, j’ai réalisé que je n’atteindrais pas l’objectif que je m’étais fixé de courir 1 kilomètre de plus qu’en 2015, pour un total de 2466 kilomètres. J’ai révisé les chiffres à la baisse, sans aucune amertume. J’étais à ce moment-là toujours « on target », mais j’ai senti le besoin de prendre du recul, de me reposer et de profiter d’un peu plus de temps libre pour m’investir dans la rénovation de notre maison. Et si vous me connaissez, vous savez déjà que je m’investis à fond dans ce projet comme je le fais dans chacun de mes projets, qu’ils soient sportifs ou non.

trainingcalendar
On voit clairement la décélération des heures d’entraînements en fin d’année.

Le plaisir de bouger

Le plaisir et l’envie de bouger m’habitent toujours, je continue donc de faire de l’exercice, mais pour l’instant, j’ai réduit le nombre de sorties hebdomadaire. J’apprécie la chance que j’ai de pouvoir courir, la pratique du sport continue de me faire le plus grand bien, mais je ressens aussi un très grand bien-être dans la liberté d’en faire moins. L’atteinte d’un gros objectif n’a pas qu’un impact physique, la part mentale investie a aussi un poids. C’est hyper le fun d’être complètement immergé dans un objectif que l’on souhaite atteindre, mais je trouve tout aussi plaisant de courir  sans aucune pression, sachant que rien ne m’y force.

La soif du dépassement

La soif du dépassement de soi est toujours présente. Je lis en ce moment l’excellent livre de Gabriel Filippi, Instinct de survie, celui-ci m’a été conseillé par un collègue de travail, il est publié par un de nos clients au bureau, Saint-Jean éditeur. Drôle de coïncidence, le jour même ou je me suis procuré son livre, j’ai rencontré l’auteur par hasard, lors d’une soirée donnée par un de mes clients, Groupe Serdy. Une des choses qui m’a frappé dans ses écrits est lorsqu’il dit que son projet de l’ascension du Mont Everest a occupé ses pensées presque chaque jour pendant 4 ans. Quatre ans, 4 ans !!! Quand on parle d’investissement physique et mental envers un objectif  !

2017 ?

Pour l’instant, mon seul projet officiel en 2017 est le marathon de Boston. Je m’y suis qualifiée au marathon d’Ottawa et j’y suis inscrite. Mon plan est de reprendre ma constance habituelle en entraînement autour de la mi-janvier, 3 mois avant la course qui aura lieu le 17 avril. J’ai aussi l’intention de pratiquer d’autres sports pendant l’hiver. J’ai surtout envie de faire un peu plus de ski de fond.

Ferai-je un autre ultra de 100 kilomètres en 2017, j’en doute. J’aimerais récidiver sur ce genre de distance, j’avais dans ma ligne de mire le Vermont 100 kilomètres pour juillet 2017, mais pour l’instant, je ne me sens pas suffisamment motivée pour m’impliquer à la hauteur de ce qu’un tel défi demande, juillet 2018, peut-être. Pour le moment, je  rêve un peu de vélo. Qui sait, quelles nouvelles aventures m’attendent en 2017  ? Je suis  ouverte, je laisse les choses venir au gré de mes désirs.

Je me rappelle ce jour de juin 2013, ou j’ai participé à ma première course de 5 kilomètres en sentier, ce jour ou j’ai eu la piqûre de cette discipline du « Trail running », ce jour ou j’ai appris que des distances au-dessus de 42 kilomètres étaient possibles, ce jour ou je me suis dit que j’allais éventuellement courir un ultra en sentier. C’était alors le début d’une quête de dépassement. Cette quête ne s’est certainement pas terminée ce jour de juin 2016 ou j’ai parcouru 120 kilomètres en sentier, mais ce que je peux dire est que je recherchais mes limites et j’ai pu ce jour-là les toucher du bout des orteils, jusqu’au bout des doigts, en passant par tout le reste, incluant la tête ! Cette grande aventure m’a occupé pendant des mois, elle m’a émerveillée, fait rager, pleurer, rire, etc., mais elle m’a surtout rassasiée. J’avais faim, je participais à des distances de 50 kilomètres, 65 kilomètres et je restais sur ma faim. J’avais toujours le désir ardent d’aller plus loin, de découvrir ce qu’il y a au-delà de ce dont nous nous croyons capables. Ça m’a fait le plus grand bien, mais force est de constater que cela m’amène ailleurs, je ne sais pas encore où. Toutefois, je continue d’avancer avec confiance, de la même manière qu’on le fait pendant un ultra-marathon, sans attente précise, en mettant simplement un pied devant l’autre, en ayant confiance en l’avenir.

2014-2016
Photo de gauche prise en 2014 tout juste avant mon plus gros défi de course en sentier de 21 kilomètres. Photo de droite, 2 ans plus tard au même endroit, tout juste avant mon plus gros défi de course en sentier de 120 kilomètres. Allez au bout de vos rêves, c’est possible !

En terminant, je tiens encore une fois à remercier Kari Traa qui m’accompagne dans mes aventures sans m’imposer aucune obligation. Un gros merci à Karina, représentante pour le Québec, qui me fait confiance et qui m’offre ce privilège de représenter cette marque.

Et vous, avez-vous eu une année  2016 à votre goût ? Quels sont vos objectifs pour 2017  ?

On se revoit en 2017, continuez de me suivre, qui sait ou cela mènera !

Quelques faits marquants de 2016 en image.

4 janvier — Déjà en entraînement. Une très belle sortie de nuit, seule dans les rues de Québec.

img_8987

On remet ça le lendemain, à Québec en touriste, la côte Gilmour.

img_9058

4 janvier — En ce début d’année, tout me rappelle ce défi auquel je me suis inscrite avec mon partenaire de course, Frédéric Giguère.

img_9063

Encore un autre Giguère, impossible de l’oublier celui-là et son idée de parcourir 120 kilomètres en un seul jour…

img_9066

24 janvier — Ski de fond, si on lit rapidement, on dirait bien qu’il est écrit 24 juin sur mon billet, date ultime de ce méga défi qui m’attend. Décidément tout m’y fait penser, impossible de passer une seule journée sans y penser…

img_9222

13 février — Une des journées les plus froides de 2016, rien ne m’arrête 🙂

img_9552

17 avril 2016 — Une journée de ski de printemps mémorable. Une température fabuleuse et de la neige plus que de l’ordinaire. Grâce à un printemps tardif, la neige n’était pas fondue !

Mine de rien, cette sortie faisait partie d’un entraînement intensif en vue de mon objectif à venir en juin. Un demi-marathon le vendredi, suivi d’un entraînement de 24 kilomètres sur le Mont-Royal avec mon partenaire de course le samedi, une journée de ski de printemps dans les bosses le dimanche et le spinning du lundi, congé mardi et on reprends les sorties de course quotidienne de 10 kilomètres chacune le mercredi.

img_0531

img_0567

Mon gros défi de 120 kilomètres m’habitait. Ce 17 avril, sur le chemin du retour du Mont-Tremblant, je me suis même arrêté pour prendre une photo de ce qui serait notre mi-parcours au chemin du Nordet. Il y avait un moment que je comptais  déjà les jours jusqu’au 24 juin !

img_0591

28 mai — Jour ou j’ai appris que j’avais bel et bien été choisie comme ambassadrice Kari Traa, on peut lire mon bonheur !

img_0895

28 mai — La récupération du dossard pour mon premier marathon sur route à Ottawa.

img_0908

La veille de la course avec Lambert, mon conjoint, qui allait courir son premier demi-marathon.

img_0910

Le fameux « Carbs load » la veille du marathon.

img_0924

Tout juste avant le départ, le sourire de celle qui ne sait pas dans quoi elle s’est embarquée LOL

img_0936

La fierté d’avoir réussi ce défi du marathon sur route.

img_0950

8 Juin — La journée ou j’ai reçu cette belle lettre de Kari Traa, confirmant mon rôle d’ambassadrice de la marque. Hashtag : HappierHealthierStronger, auquel j’adhère entièrement.

img_1168

20 juin — À  quelques jours de mon gros défi, les préparatifs.

img_1957

Les « Drop Bags ».

img_1970

25 juin — Après la course, le dossard qui a fait la guerre ! Un des seuls dossard de course que j’ai conservé.

img_2112

Il y a quelques jours, le 16 décembre — Notre Jacob, notre vieux Golden Retriever qui est encore avec nous. Après tous ces deuils en 2016, on apprécie tellement qu’il soit encore là. L’important, c’est l’amour !

img_2610

Publicités

6 commentaires Ajoutez le vôtre

    1. Merci Melissa. Bien hâte de suivre tes aventures sur ton blogue !

  1. deuxevades dit :

    Super ton article Julie ! De la persévérance, de la joie, de la tristesse, de l’entrainement, des objectifs .. ! Tu nous fais un beau résumé de la VIE finalement en faisant le parallèle avec le sport 🙂
    On s’est croisé au CTM cet été mais je pense qu’on a jamais couru ensemble dans le même groupe !

    1. Merci pour ton commentaire. Je m’aperçois que je ne connais pas ton nom. Si on se revoit au CTM, S.V.P. viens me voir pour te présenter, j’aimerais bien te rencontrer en personne. Comme mon horaire d’entraînement est très léger en ce moment, je pense rejoindre le club à nouveau plutôt au printemps, ou peut-être quelques sorties cet hiver si le temps se fait très beau et doux.

  2. Ouin, grosse année, chère partner ! 🙂 Et on dirait bien que je t’en ai fait « subir » une bonne partie ! 😉
    Ce que je retiens, c’est la rencontre de deux personnes extraordinaires qui sont devenues des amis. Merci d’avoir accepté de m’accompagner dans ce défi un peu fou et je compte bien être de la partie lors de ton prochain grand défi. 🙂
    Bon ben, ceci dit, ça a l’air qu’il va falloir que je me tape le 100 miles du Vermont cette année… 😉
    De très joyeuses fêtes à Lambert, Jabob et à toi !
    xx

    1. Ben oui cher Partner, c’est un peu grâce à toi toutes ces réalisations, de l’idée du marathon jusqu’au 120 kilomètres. Merci à toi de m’avoir invité à t’accompagner dans ce défi. Je suis très contente d’avoir embarqué dans l’aventure, ce fut une expérience des plus enrichissantes. Eh oui, il va falloir que tu t’attaques à ce 100 miles puisque tu ne seras vraisemblablement pas occupé à me « pacer » sur le 100 kilomètres. À moins qu’il ne me monte une bulle au cerveau d’ici là, 😉 mais ça m’étonnerait pour 2017. Vraiment contente de cette nouvelle amitié entre toi et moi, c’est un thème que j’ai oublié de nommer dans mon « Year Review », mais je dirais qu’il passe avant tout ! Passez vous aussi de Joyeuses Fêtes, Barbara, toi et Charlotte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s