L’ennemi, c’est le vent!

Courir par temps froid, des réflexions en vrac.

Pour l’habillement, je suis consciente que c’est vraiment très personnel à chacun, mais un ami me demandait conseil l’autre jour et je lui ai fait part de mes habitudes afin de lui donner un point de départ.

Donc si vous n’avez jamais couru par temps froid, ceci vous aidera peut-être pour commencer. Ensuite, c’est l’expérience, grâce à laquelle on peut s’ajuster. Je crois qu’au début, pour la plupart on a tendance à trop s’habiller.

1— Ça paraît toujours et j’insiste sur toujours pire que c’est réellement. Quand je suis à l’intérieur de ma maison au chaud, je pense souvent que ce sera très très froid dehors lors de ma sortie quotidienne de course. Puis, finalement une fois en mouvement, ce n’est pas désagréable du tout, en autant que je sois habillé convenablement (plus à ce propos plus bas).

2— Le pire, c’est le vent. Une température de -20 ne me fait pas peur du tout, tant qu’il ne vente pas, on est si bien.

3— Donc, c’est rendu que la chose la plus importante pour moi lors des prévisions météo est, est-ce qu’il va venter ?

4— Il faut rester en mouvement.

5— Le froid, je constate que ce n’est pas pareil pour tous le monde. Certains en ont une très grande endurance, d’autres moins. Je remarque que plus on a de l’expérience de course au froid, plus on peut se permettre de partir léger.

6— Au retour, vivement la douche chaude, sans ça, je ne pense pas que j’aurais l’envie d’aller courir dehors en hiver.

7— C’est vraiment dur d’être trop habillé par temps froid. Maudit qu’on se sent lourd et que ça n’avance pas vite.

8— Je crois que le plus important est de protéger la tête, le visage, les mains et les fesses! Moi j’ai toujours les fesses qui gèlent. Il y en a qui disent que l’on gèle aux endroits ou se trouve notre masse adipeuse. Ben voyons, je n’ai pas de gras aux fesses moi 😉

Plus sur l’habillement en quelques points.

A — Favoriser le multicouche et non, je ne parle pas de couche aux fesses. Quoique mon prochain achat sera certainement le « Boxer » en laine Merino.

B — Ahhhh la laine Merino, maudit que c’est cher, mais ça vaut vraiment la dépense. Et je ne parle pas ici du fait que l’on peut connaître de quel mouton provient notre item en laine grâce à son code-bar, c’est cute ça, mais la vrai raison est que c’est vraiment chaud, ça respire, ça sèche vite et c’est confortable.

C- Je suis abonné aux items en Merino, les bas, les combines, les chandails, le cache-cou, les gants et bientôt, comme je le mentionnais précédemment, les boxers.

J’ai fait de multiples tests, d’habillement, voici donc les résultats de mes expérimentations.

Allons-y avec le pire des cas en allant vers les températures printanières.

-20 et plus froid, venteux, on a pas encore eu ce cocktail en 2015, mais au début 2014, on l’a eu.

2 couches pour le bas (1 combine Merino épaisseur 200 plus 1 pantalon coupe-vent par dessus)

3 couches pour le haut (1 Merino 100 plus un Merino 260 plus un manteau coupe-vent avec la doublure de polar mince)

2 couches pour les mains (un gant Merino mince plus un gant/mitaine, ou même encore mieux une seule couche gant de ski de fond assez épais)

1 tuque assez épaisse et un cache-nez respirant avec les petits trous (pas capable d’avoir la bouche entièrement couverte, trop difficile de respirer).

1 bas Merino plus soulier de course (car il n’est pas recommandé d’y aller pieds nus LOL).

-20 pas de vent, comme aujourd’hui le 14 janvier 2015.

Premièrement quand il n’y a pas de vent, c’est chaud assez vite. Si on n’a pas froid pour les 5 premières minutes, c’est sûr que ce sera beaucoup beaucoup trop chaud tout du long. Je déteste sortir puis avoir chaud après 1 minute en mouvement, ça veut dire que je suis trop habillé. Ensuite, quand on a trop chaud, si on a le malheur de s’arrêter 1 minute on est tellement humide qu’on se met à avoir très froid très vite.

1 couche pour le bas (seulement 1 pantalon doublé de polar mince, pas besoin de boxer Merino si il n’y a pas de vent)

2 couches pour le haut (1 Merino mince [100 ou 150] plus un manteau coupe-vent doublé de polar mince)

2 couches pour les mains, un petit gant Merino mince recouvert d’un petit gant/mitaine pour moi, ça me va. Le petit gant/mitaine est un gant qui peut se transformer rapidement en mitaine, la partie mitaine se replie dans une petite enveloppe intégrée au gant. On déroule rapidement pour faire la mitaine au besoin.

1 tuque plutôt épaisse

1 cache-cou Merino pour monter un peu sur le visage au besoin

1 bas Merino, et oui, toujours le même bas plus le même soulier de course.

Autour de -12 venteux, j’irais avec l’habillement -20 sans vent, mais en ajoutant un boxer Merino pour les fesses qui gèlent.

-10 sans vent (j’en connais qui court avec cet habillement à -20 sans vent). Comme de quoi, la tolérence au froid varie d’une personne à l’autre.

1 couche pour le bas (1 pantalon en nylon pas doublé, mais plus épais que le modèle d’automne)

2 couches pour le haut (1 Merino 100 ou 150 plus un manteau nylon coupe-vent pas doublé)

1 couche pour les mains, le même gant mitaine ou encore simplement un gant Merino qui n’est pas coupe vent car s’il n’y a pas de vent, c’est OK

1 tuque mince

Pas de cache-cou, sinon, j’étouffe

1 bas ordinaire plus le même soulier de course.

Pour ma part, -10 sans vent sont des conditions vraiment idéales. -20 sans vent c’est pas mal aussi. Autour de -12 venteux c’est plus difficile et -20 et plus froid, venteux ça devient beaucoup plus ardu.

courir hiver
La tuque mince -10

Aussi, l’hiver l’autre facteur est dans quoi on court.

Glace (usage de crampons très nécessaire), ça peut être que des petits crampons pour la route avec lesquels on peut aussi alterner sur l’asphalte sans problème pour des conditions mixtes.

IMG_3219
Guêtres et petits crampons
IMG_3170
Pas de problème sur la glace avec les petits crampons.

Gadoue/neige, quand les trottoirs ne sont pas déneigés, ce que je décris « se sentir comme une patate qui court dans la patate pilée ». Dans ces conditions, il faut accepter d’être lent, ce n’est pas facile. Les guêtres deviennent alors très utiles.

IMG_3047
Hum à la limite de l’extrême
IMG_3266
Lenteur dans la neige

Asphalte/garnotte, maudit qu’on redevient vite !

Allez, j’espère que ce petit article vous aidera à sortir courir dehors par temps froid. C’est tellement beau tout ce que l’on peut voir en hiver, quand on a la chance de pouvoir y aller de clarté.

IMG_0040
L’habit le plus chaud pour -20 venteux ! Trop chaud s’il n’y a pas de vent, même à -20.

Les beaux paysages de l’hiver !

IMG_0049    IMG_3200  IMG_3228  IMG_3273

 

Publicités

9 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. J’ai un gros, gros problème avec les mains qui gèlent à rien, alors je vais essayer de suivre tes conseils en la matière.
    Tu me permets d’ajouter mon grain sel ? Pour ma part, je sggère de faire soit des boucles relativement courtes, soit s’arranger pour faire la dernière moitié de son parcours avec le vent dans le dos. Car revenir le vent dans la figure quand on a sué dans la première partie…
    Quant à courir dans les patates pilées, je combats la fristration de ne pas courir vite en partant sans ma Garmin, tout simplement. Ok, ce n’estbpas tellement bon pour les stats, je l’avoue… 😉
    Tu gèles des fesses ? Messieurs, vous risquez plus de geler d’une autre partie du corps qui vient également en paire !

    1. Tu ajoutes en effet de très bons conseils. Plus petite boucle, retour vent de dos c’est mieux et plus sécuritaire, car il faut aussi être prudent par temps froid. De plus, j’ai pensé à autre chose lors de ma sortie quotidienne d’hier. La température me semblait plus froide qu’avant-hier même si le thermomètre indiquait moins froid et que le vent était presque inexistant. Je me suis dit que j’avais oublié de parler du facteur humidité. Tu en as parlé dans cet article : http://ledernierkilometre.com/2014/12/30/2014-mieux-que-2012/ (quand tu parlais du froid abitibien). Donc, je me demande si on a des jours plus ou moins humides ici à Montréal ou si le facteur humidité reste à peu près le même tout au long de l’hiver. Mais comme je ne m’y connais pas très bien en la matière, je ne vais pas m’aventurer à faire des hypothèses. Bon et bien, je te souhaite bonne chance avec tes mains et autres « parties » à risque 😉

      1. Suite à ma sortie de ce matin, je voulais te dire un gros merci. Comme il faisait tout de même -22, j’ai pensé à ton billet et je me suis dit que j’essaierais d’enfiler des gants sous mes mitaines de course. Bingo ! Enfin, je n’ai pas gelé des mains !!! 🙂
        En ce qui concerne l’humidité, je ne sais pas si on peut faire une corrélation avec les données météo, il faudrait que je vérifie. Mais définitivement que ça a un effet. On a juste à marcher entre les édifices en béton du centre-ville pour le constater !
        Merci encore et bon entrainement !

      2. Et bien, je suis vraiment contente si cet article t’a aidé pour tes mains qui gèlent. Le mutli-couche, c’est bien des pieds à la tête. Bon pour les pieds je ne suis pas certaine à cause du rique de frottement et d’ampoule. Mais pour les mains, en effet, ça fonctionne. Ça repousse aussi l’humidité 2 couches.

      3. Pas certain moi non plus pour les multi-couches pour les pieds. Et comme je n’ai jamais froid là…
        Je suis présentement à Rouyn, j’aurai encore l’occasion de tester ta théorie pour les mains demain. Je reviens de ma marche de santé et mettons que le froid avait pas mal de mordant…

  2. Rohnny. dit :

    Heureusement chez nous (la Belgique) il fait rarement si froid. Mon petit problème à moi c’est que je m’habille souvent trop chaudement… Et puis après durant la sortie je le regrette… Ce post était vraiment intéressant. Bon weekend à toi.

    1. Tu es chanceux, car ici, en ce moment, il fait très froid. Moi aussi il m’arrive de trop m’habiller. Je sous-estime souvent à quel point mon corps peut générer de la chaleur une fois en mouvement. Je vois sur ton blogue que tu poursuis tes entraînements et que tu es très motivé, félicitations. Bonne chance pour ta course dimanche! D’ailleurs ça fait drôle de voir du gazon sur la photo à côté du texte ou il est écrit « 18 janvier ». Les gens sont habillés en automne! Je ne savais pas que la Belgique était aussi tempérée.

  3. Running-Addict dit :

    Avis éclairé, je suis bien d’accord avec tout ca ! Et surtout le célèbre « Si on n’a pas froid pour les 5 premières minutes, c’est sûr que ce sera beaucoup beaucoup trop chaud tout du long » qui peut éviter bien des surprise! 🙂
    Je ne suis jamais équipé très chaudement au final… Tant que le vent n’est pas de la partie! 😀

    1. Merci de ton commentaire. J’ai découvert ces derniers jours à quel point le vent peut être un ennemi de taille. J’ai eu des engelures au visage, causé je pense par le fameux masque. L’humidité se forme à l’intérieur du masque, puis le vent très froid y pénètre, ce n’est pas bon du tout. Je pense que je préfère me couvrir le visage avec mon cache cou merino finalement. Ainsi il se forme moins d’humidité. C’est plus difficile pour la respiration par contre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s